Vous souffrez d’infertilité féminine et vous voulez vous tourner vers le don d’ovocyte mais vous hésitez ? Découvrez comment dépasser vos peurs et offrir la vie.

Table des matières

Le Don d’ovocyte : dépasser ses peurs

Pour de nombreuses femmes aspirant à la maternité, le chemin vers ce rêve peut être parsemé d’embûches. Face à l’infertilité féminine, le recours au don d’ovocyte se présente comme une lueur d’espoir. Il constitue pour beaucoup de femmes une dernière option précieuse pour être mère. Aujourd’hui, vous vous trouvez à ce carrefour. Il est naturel que votre esprit soit envahi de questions, d’appréhensions. L’inconnu fait peur. Mais rappelez-vous, vous n’êtes pas seule dans cette aventure.

Pour dépasser vos peurs, il faut les connaître : faisons le tour ensemble.

Peur de la ressemblance

« Est-ce qu’il me ressemblera ? » est une des inquiétudes les plus rencontrée.

Il est certain que l’enfant n’aura pas vos gènes maternels. Cependant, une attention particulière est apportée au choix de la donneuse en fonction de ses caractéristiques physiques.

Couleur des yeux, des cheveux, de la peau, taille, etc. La donneuse est choisie d’après ses attributs afin qu’ils correspondent entièrement aux vôtres. N’imaginez même pas recevoir des ovocytes d’une grande femme brune aux yeux verts si vous êtes petite, blonde avec les yeux bruns. C’est impossible. D’autre part, les gènes du père sont bien présents.

Voici l’anecdote d’un couple qui a bénéficié d’un don d’ovocytes, Mélodie et Edouard. Ils sont aujourd’hui les heureux parents de Gaspard. Edouard, le père biologique, raconte :

« Le plus beau cadeau qu’on donne à Mélodie aujourd’hui, c’est quand on lui dit que Gaspard lui ressemble trait pour trait, alors qu’à moi, on ne me l’a jamais dit… ».

Il est fascinant de constater que l’environnement, le mimétisme et l’amour reçu façonnent les traits et le comportement d’un enfant. À tel point que les gens finissent par confondre physique et comportement.

Peur de son développement

Peut-être, vous inquiétez-vous aussi de la santé et du développement futur de l’enfant. Va-t-il hériter de certaines pathologies ?

Outre leur altruisme, les personnes qui décident de donner leurs ovocytes font preuve de courage. Car il ne suffit pas d’avoir envie de donner. Toute une batterie d’examens est nécessaire pour savoir si, oui ou non, elles pourront faire don de leurs ovocytes :

  • bilans sanguins ;
  • analyse de l’activité ovarienne ;
  • recherche de virus tels que VIH, hépatites… ;
  • recherche d’anomalie génétique chromosomique ;
  • suivi psychologique.

Ces examens rigoureux permettent de s’assurer de l’excellente santé génétique et physique des donneuses ainsi que de leurs ovocytes.

Par crainte de vos éventuels antécédents d’infertilité féminine, vous vous demandez si le fœtus sera en bonne santé. Que la grossesse soit naturelle ou par insémination, cette question reste toujours la même. Pour mettre toutes les chances de votre côté, il est important de considérer cet aspect bien avant d’être enceinte. Être en bonne santé, avoir une bonne hygiène de vie, par exemple, sont essentiels pour favoriser une croissance optimale.

Peur du jugement social

Devenir maman par le don d’ovocytes soulève des questions émotionnelles complexes. Faut-il en parler ? Avec la famille ? Auprès d’amis ? De collègues ?

Malheureusement, le sujet de l’infertilité féminine est tabou en France. Beaucoup de personnes ignorent ce qu’il en est vraiment. Le don d’ovocytes est un concept encore peu compris. Il en résulte autant de malentendus et de stigmates. S’ensuivent certaines réactions pouvant être très surprenantes, voire blessantes.

 « Mais pourquoi s’acharner si la nature a décidé que tu n’aurais pas d’enfant ? »

« Quoi ? Tu vas avoir les ovules d’une autre femme ? Ce ne sera pas ton enfant du coup… »

Vous craignez que les autres ne comprennent pas vos choix. Qu’ils le considèrent comme inapproprié. Entre commentaires insensibles et questions indiscrètes, une grande partie des receveuses fait le choix de ne pas en parler du tout. 

Sauf à prendre le pli inverse ! Vous en profitez pour sensibiliser sur le don d’ovocytes. Auprès de proches ou de collègues, vous avez l’occasion de les éduquer sur le sujet en étant directement concernée. Leurs réactions seront sûrement différentes une fois informés.

 Il est important de s’entourer de personnes compréhensives et de se rappeler que votre choix est courageux. N’hésitez pas à demander des conseils aux professionnels de santé qui vous entourent sur ce projet qui est, avant tout, le vôtre.

Peur de l’amour maternel

L’aimerez-vous autant que si c’était votre filiation directe ? À votre avis ?

 Vous le porterez neuf mois, il aura été nourri par vos cellules. Il aura entendu votre voix, ressenti vos émotions, écouté votre musique. Un lien unique se crée. L’amour d’une mère est inconditionnel.

Se profilera la question de la révélation. Doit-on annoncer à l’enfant sa véritable origine ? Question délicate.

Si le don d’ovocyte est anonyme, depuis septembre 2022, l’identité de la donneuse est enregistrée. À sa majorité, l’enfant né du don, aura la possibilité d’accéder à son identité.

Cette évolution légale vous pousse indirectement à vous demander si vous devez révéler à votre enfant l’origine de sa conception. Il est alors naturel de craindre son rejet ou de vous inquiéter qu’il vous aime moins. Pourtant, ce qui peut vous sembler une montagne, ne sera souvent qu’un détail insignifiant pour l’enfant : sa maman, celle qui l’a porté, mis au monde, élevé, aimé, c’est vous !  

Don d’ovocyte : dépassez vos peurs

Dépasser ses peurs est un processus personnel. « Le don d’ovocytes ne donne pas la vie ». Ce sont les donneuses qui le disent. Ce don permet à d’autres femmes d’avoir ce qui est nécessaire pour donner la vie.

À vous la joie des sommeils interrompus. De vous lever les yeux encore fermés. Et d’être complètement réveillée devant cette petite bouille qui vous sourit !

Pour maximiser vos chances de succès, le programme Optima’grossesse vous accompagne. Il vous offre les conseils essentiels pour favoriser une grossesse saine. En dépassant vos peurs, vous abordez cette expérience avec confiance et espoir. 

Booster sa fertilité

Comment booster votre fertilité :
Télécharger votre guide pour connaître les indispensables de la fertilité à mettre en place tout de suite

Je télécharge gratuitement la formation pour booster ma fertilité et j’applique la méthode. Mettez votre email et cliquez sur le bouton vert maintenant