AMH basse et infertilité : comment tomber enceinte ?

Si mettre au monde un bébé fait partie des plus grands bonheurs de la vie, la difficulté à concevoir un enfant provoque un énorme stress dans le quotidien de nombreux couples.

On estime qu’un tiers des problèmes de fertilité sont liés à la femme, un tiers est causé par des anomalies du liquide séminal et le tiers restant est en lien avec une infertilité inexpliquée.

En outre, seulement 25 % des femmes tombent enceintes au cours du premier mois d’essai, tandis que 60 % y parviennent après trois mois de rapports sexuels non protégés.

La plupart des femmes parviennent à tomber enceintes dans l’année qui suit leur premier essai.

Lors d’une tentative de grossesse infructueuse, l’un des premiers tests prescrits par le gynécologue pour établir un diagnostic est celui qui détecte les valeurs de l’hormone anti- mullërienne, plus connue sous l’acronyme AMH.

Qu’est-ce que c’est l’AMH et qu’est-ce que cela signifie si elle est basse ?

Comment et pourquoi peut-elle affecter la conception naturelle ?

Comment tomber enceinte avec un AMH faible ?

Comment faire monter le taux de AMH ?

Comment la naturopathie peut-elle vous aider à optimiser votre fertilité ?

Ici, je vous donne les réponses à ces questions.

Plan de l'article :

AMH basse et conception : quel est le lien ?

L’hormone anti- anti-müllerienne, ou AMH, est une glycoprotéine produite naturellement par le corps, aussi bien chez les hommes que les femmes.

Chez la femme, elle est secrétée au niveau ovarien par les follicules, c’est-à-dire les sacs contenant les ovocytes immatures.

Ces derniers sont en nombre limité (environ un million) et ne peuvent pas être reproduits : cela signifie qu’ils diminuent à chaque cycle menstruel et donc avec l’âge.

Il s’ensuit que plus le nombre de follicules est important, plus la concentration d’AMH dans le sang est élevée, valeur qui baisse avec l’âge en suivant un schéma cyclique.

Faible à la naissance, le taux d’AMH augmente à la puberté et faiblit jusqu’à être complètement épuisé au début de la ménopause.

C’est pourquoi la concentration de l’AMH, facilement détectable par une prise de sang, peut être interprétée comme un indice de fertilité.

Pourquoi mesurer le taux d’AMH lors d'un bilan de fertilité ?

La mesure du taux d’AMH est prescrite principalement chez les femmes en âge de procréer, pour évaluer :

 

  • la fonction ovarienne, en cas de syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) ;
  • la réserve ovarienne, à savoir le nombre d’ovocytes présents ;
  • la présence d’insuffisance ovarienne prématurée/primitive/précoce (IOP) ;
  • la probabilité d’une fausse couche ;

 

  • la présence d’une ménopause physiologique imminente ou précoce ;
  • dans le contexte d’un parcours de PMA, pour prédire la réponse ovarienne, les taux de fécondation ainsi que le nombre et la qualité des embryons, donc la possibilité d’une grossesse réussie.

Valeurs de référence de l'AMH

Quel est l’intérêt du dosage de l’AMH ?

Contrairement à d’autres hormones prédictives de la réserve ovarienne, tels que la FSH ou l’œstradiol, le taux d’AMH est indépendant du cycle menstruel et ne varie pas significativement entre deux cycles consécutifs.

Il est évident que pour une interprétation correcte, il est nécessaire de prendre en compte l’âge de la femme.

Les résultats du dosage AMH doivent être soigneusement évalués par le gynécologue, car cet unique paramètre n’est pas suffisant pour poser un diagnostic complet.

Il sera très probable que d’autres examens soient prescrits pour approfondir, vérifier ou exclure la pathologie suspectée.

AMH basse et fertilité

Pour comprendre le lien entre AMH basse et fertilité, il est nécessaire de se rappeler comment se produit l’ovulation.

Chaque mois, quelques follicules contenant des ovules immatures commencent à se développer dans les deux ovaires.

Cependant, un seul atteint généralement une maturité suffisante et libère l’ovule destiné à une éventuelle conception, tandis que les autres sont réabsorbés par l’organisme.

Au fil des années, la réserve ovarienne des follicules baisse et ces derniers étant les sécréteurs de l’AMH, la concentration de cette hormone dans le sang baisse proportionnellement.

Il s’ensuit qu’un taux d’AMH faible signifie qu’il y a peu de follicules et qu’il sera plus difficile pour un ovule de se former pour la conception.

L’hormone AMH est donc un indicateur de la réserve ovarienne et sa concentration reflète non seulement la quantité de follicules, mais aussi la qualité des ovocytes.

Dans tous les cas, pour un diagnostic précis, un dosage de l’AMH s’accompagne habituellement d’une échographie pour compter le nombre de follicules.

AMH basse solutions fertilité et naturopathie

Taux d’AMH et parcours PMA

La concentration de l’AMH est une valeur prédictive importante pour les couples qui s’engagent dans le parcours de la procréation assistée (PMA).

Ce paramètre est utile, notamment, pour déterminer le protocole de traitement le plus approprié, en fonction de la réserve ovarienne de la femme.

En effet, un taux insuffisant d’AMH est en corrélation avec une fertilité réduite ou une faible réactivité aux traitements de PMA.

Avant de procéder à une stimulation pharmacologique de l’ovulation, la valeur de l’hormone AMH peut prédire son succès ou son échec et donc le taux de fécondation de la femme.

AMH basse et conception, quelles solutions ?

Il faut toutefois préciser que chez les jeunes femmes présentant une AMH basse, la grossesse naturelle n’est pas impossible, mais seulement plus difficile.

Il en va différemment si l’âge est avancé (plus de 35 ans) car à la faible quantité de follicules ovariens, s’ajoute souvent une mauvaise qualité des ovules.

Pourtant, il existe des solutions pour avoir un bébé et elles résident dans le parcours PMA, procréation médicalement assistée.

Sans oublier que pour stimuler naturellement l’ovulation sans recourir à des médicaments, on peut modifier son mode de vie et son régime alimentaire et utiliser des remèdes naturels.

Mon objectif en tant que naturopathe à Mulhouse, Strasbourg et à distance : accompagner les femmes à mettre toutes les chances de leurs côtés pour tomber enceinte malgré un taux faible d’AMH ou d’autres problématiques liées à la fertilité féminine.

AMH basse et naturopathie : le programme en ligne Optima'grossesse

J’ai créé le programme en ligne Optima grossesse afin de vous aider à optimiser votre potentiel de fertilité, que ce soit dans le cadre d’une conception naturelle comme d’un parcours PMA.

Il s’agit d’un programme se déroulant sur 8 semaines, dans lesquels sont abordés entre autres : l’alimentation, le microbiote, la détox, les perturbateurs endocriniens, le mindset, le stress et les blocages émotionnels.

En prenant soin de l’équilibre de votre corps et de votre esprit, vous optimiserez vos chances de tomber enceinte ou augmenterez vos chances de réussite lors d’un parcours IAC/FIV.

Vous vous demandez comment tomber enceinte avec une réserve ovarienne faible et, plus en général, comment avoir des ovules de bonne qualité naturellement ?

Inscrivez-vous au programme Optima grossesse pour booster votre fertilité et améliorer la qualité ovocytaire !